Le Pardon à soi-même

p

Nous regrettons tous certains de nos actes, et nous restons bloqués dans la culpabilité. Ce que notre ego appelle des erreurs sont des expériences voulues par notre âme pour évoluer et prendre encore plus conscience de qui nous sommes réellement, à travers notre incarnation dans la dualité. Toutes ces expériences nous montrent quelles sont nos blessures, quels sont les nœuds que notre âme nous demande de dénouer, quels sont les blocages que nous avons à lever. Nous faisons de notre mieux et nous agissons de la façon qui nous paraît la plus juste à l’instant. Notre mieux d’avant n’est plus notre mieux de maintenant, et au lieu de nous condamner nous-même, nous pouvons conscientiser le chemin parcouru dans notre apprentissage. Tant que nous sommes dans les remords ou les regrets de nos actes passés, nous n’arrivons pas à nous pardonner. Nous attendons désespérément la rédemption par le pardon des autres, mais ils ne peuvent nous donner ce que nous ne parvenons pas à nous apporter nous-même, car nous ne vibrons pas cet état…

Se pardonner à soi-même, c’est s’accepter tel que l’on est, totalement, dans ses forces et ses faiblesses, dans ses peurs et ses blessures, dans ses émotions et son ego, dans toutes ses expériences de vie. Car transcender l’expérience fait la richesse de ce que l’on est, un être unique et inaltérable. Le travail sur nous-même commence après l’expérience, dans la conscientisation, la verbalisation et la transmutation. Ne plus vouloir agir par peur des conséquences, contrôler sa colère ou d’autres émotions, ne permet pas d’être authentique et de nettoyer ce qui doit l’être. L’expression de nos émotions, même dans l’ego, permet d’exprimer qui l’on est dans l’instant, sans faux-self malgré la peur du rejet, d’aller au-delà des blocages dans le respect de nous-même, pour ensuite pouvoir analyser la situation qui s’est jouée et qui a mis en lumière des aspects de nous-même devant être libérés ou transmutés pour nous permettre de continuer à avancer sur notre chemin d’évolution.

Car ce n’est que lorsque je me serai pardonné que l’autre pourra me pardonner. Ce n’est que lorsque je reconnaîtrai ma valeur que l’autre me considérera. Ce n’est que lorsque je m’accepterai totalement que l’autre ne me rejettera plus. Ce n’est que lorsque j’aurai confiance en moi que l’autre me fera confiance. Ce n’est que lorsque je m’aimerai sans condition que l’autre pourra m’aimer pour ce que je suis.

“Je suis pure et inaltérable comme une particule de lumière.” Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s