Relations et équilibre énergétique

eq

Comment gérer une relation alors qu’on sent des perturbations énergétiques? Ce type de situation met au défi notre mental (nos croyances, nos jugements) et notre émotionnel (l’affectif, les souvenirs, la loyauté à nos liens relationnels) alors que notre corps et notre intuition nous indiquent de prendre des distances…

Je connais une amie depuis 13 ans, une époque où je n’étais pas la même, encore inconsciente de ma façon de fonctionner et de ce qui se jouait parfois dans mes relations, notamment en termes de triangle sauveur-victime-bourreau. Cette amie m’a aidée plusieurs fois et a toujours montré de l’intérêt pour moi. Avec le recul et l’analyse que je peux poser maintenant, je constate que nous étions souvent en position alternative de sauveur qui va donner son énergie, ou de victime qui va chercher inconsciemment à prendre de l’énergie à l’extérieur sans montrer de signes de partage ou de fiabilité.

 

eq2

Source photo : http://www.penserchanger.com

 

Dernièrement, elle a cherché à me voir, m’a reproché de ne pas donner davantage de nouvelles ou de ne pas être disponible pour répondre, puis m’a beaucoup questionnée sur ma vie et j’ai eu un sentiment d’inconfort au téléphone, quelque chose ne me plaisais pas.

Elle m’a ensuite envoyé de nombreux messages pour savoir si tout allait bien, en disant qu’elle s’inquiétait, puis en essayant de m’accrocher avec un sujet proche de mes centres d’intérêt.
Je n’avais pas sollicité cette « aide » et je me suis sentie oppressée, pompée énergétiquement. Mais je me sentais aussi obligée de répondre par loyauté envers notre amitié, je culpabilisais. Je me suis toujours montrée disponible pour elle, l’écouter, m’intéresser à sa vie avec empathie. Je me sentais redevable car elle m’a aidée par le passé (alors que je ne lui dois rien, je l’ai aussi aidée), liée à elle par attachement (dépendance affective ?), peur de ce qu’elle pourrait penser de mon comportement distant (alors qu’elle m’a fait faux bond plusieurs fois), ayant l’impression de la trahir ou de l’abandonner. Mais même si je ne dois rien à personne, il était quand même important pour moi de lui donner une explication, pour être intègre et authentique vis-à-vis de mes valeurs, tout en me rendant compte qu’un simple contact pourrait me prendre de l’énergie s’il n’était pas juste pour moi.

Alors j’ai attendu le moment juste pour moi et lui ai répondu plusieurs semaines plus tard que je n’avais pas voulu la blesser en ne répondant pas, mais que ce n’était pas le bon moment pour moi. Je n’ai pas exprimé le fait que je m’étais sentie oppressée par ses demandes de contact, car j’ai eu peur qu’elle ne comprenne pas. Ainsi je sais que j’ai encore à travailler l’expression de mon authenticité quelle que soit la réaction de l’interlocuteur, en continuant à transmuter la peur du rejet. Après avoir clarifié, j’ai donc coupé la communication.

Avant j’aurais eu peur de prendre de la distance, de couper le contact car j’avais l’impression d’abandonner l’autre, définitivement. Mais j’ai appris que rien n’est inéluctable, que je dois écouter mes ressentis et respecter mes besoins avant tout, et que ça ne remet pas en cause une amitié. Actuellement je sens que cette relation ne m’apporte rien de bon mais qu’elle me vide en énergie. Je ne suis pas authentique si je la continue alors que j’ai ce ressenti, ni loyale envers ma guidance, ni intègre envers mes besoins. Je ne suis plus dans la joie, ni l’amour de moi-même, ni la justesse, mais dans un triangle où je me maintiens par loyauté à l’autre et où je consens à donner mon énergie.

J’ai attiré cette situation pour travailler mon authenticité, ma loyauté, ma justesse, ma compassion et ma liberté. Grâce à cette situation j’ai compris que s’inquiéter pour l’autre, demander constamment des nouvelles, revient à chercher à se rassurer soi-même (dépendance affective), à pomper l’énergie de l’autre car on agit en sauveur alors que l’autre ne nous a pas sollicité, en victime car on a besoin de l’autre pour se rassurer, et en bourreau si on presse l’autre de nous répondre. Je suis libre de répondre aux sollicitations de l’autre. Car ici c’est en fait elle qui m’a demandé de l’aide de façon masquée, pour lui fournir du yang, mon énergie. Je suis libre de refuser: dire non, ne pas répondre, couper énergétiquement si ce n’est pas juste pour moi.
L’amitié (ou tout autre relation) n’est pas l’obligation, l’attention à l’autre n’est pas l’intrusion, l’aide n’est pas imposer mais proposer si l’autre demande. Cela me ramène en miroir au fait que j’utilise aussi parfois ce procédé de pompage énergétique : me rassurer auprès de l’autre, rassurer l’autre par « loyauté » à lui et pas à moi. Dans les deux cas je ne suis plus souveraine de ma structure, je me déstabilise car je ne gère plus moi-même mon énergie de façon autonome.

On a parfois besoin d’aide, mais la demande est ponctuelle et claire, ce qui permet de ne pas rentrer dans un triangle.
On a parfois besoin d’un temps de respiration, de pause dans la relation, rien n’est définitif et arrivera le moment juste où on sentira qu’on doit renouer le contact, ou pas.

Le principal est de rester centré pour gérer son énergie dans l’équilibre de sa structure.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s